Je vins en un lieu où la lumière se tait… – Dante

Ce site exceptionnel et mystérieux aux paysages tourmentés offre des falaises percées de grottes, des ravins, des vallées et des formes étranges sculptés par l’érosion et creusés dans la roche. Le Val d’Enfer c’est aussi un patrimoine d’exception composé de constructions troglodytiques qui a inspiré de nombreux artistes, musiciens, cinéastes et écrivains tels que Dante, Cocteau, Gounod ou Mistral.

La rumeur veut que les grottes de « l’Enfer » dans la Divine Comédie de Dante soient situées dans ce Val. C’est Frédéric Mistral qui l’annonca dans son poème Mirèio où il évoqua entre autre l’antre de la sorcière Taven et le superbe « trau di Fado », le trou des fées. Cocteau y trouva également le décor idéal pour tourner une partie de son film, le « Testament d’Orphée » en 1959.

Les légendes dans le Val d’Enfer, gardé par des monstres de pierre, sont nombreuses… Ce lieu chargé d’histoire exalte l’imagination depuis la nuit des temps, en fonction de la journée et des jeux d’ombres et de lumières, on peut d’ailleurs y voir un décor tiré d’une œuvre fantastique. On raconte également qu’une Chèvre d’or garderait le trésor d’un prince Sarrazin enfoui depuis des siècles.

 » Au fond d’une gorge bien nommée Enfer ; je suis descendu dans la grotte des Fées ; mais au lieu des gracieux fantômes dont mon imagination l’avait peuplée, je n’y ai trouvé que voûtes sous lesquelles il faut ramper, blocs entassés, chauves-souris et profondeurs ténébreuses. Je viens de dire que cette gorge était bien nommée Enfer ; nulle part en effet, je n’ai vu des roches aussi étrangement tourmentées ; elles se dressent, se creusent, se prolongent sur le vide en gigantesques entablements ; jardins aériens qui soutiennent des végétations échevelées ; elles s’ouvrent en défilés comme ce bloc des Pyrénées fendu par le glaive de Roland. » – Jules Canonge